Expérience utilisateurs vélo-scooter Easy Go - Ankie van den Bosch

Lorsque, en  2000 , j’ai entendu que j’avais la sclérose en plaques, j’avais depuis quelques années déjà un vélo électrique à deux roues. Mais comme ma force et mon énergie diminuaient de plus en plus, faire du vélo devenait risqué et dangereux. Il devenait difficile de monter dessus, de démarrer à un feu de circulation, ou de freiner soudainement. Tout cela commençait à exiger beaucoup d’efforts. J’avais peur lors d’un vent fort. Je ne pouvais plus monter sur les ponts et les dunes.

gebruikerservaring scootmobielfiets Easy Go Ankie van den Bosch
gebruikerservaring scootmobielfiets Easy Go Ankie van den Bosch

À la recherche d’un vélo adapté

À la recherche d’une solution (faire mettre des petites roues, un tricycle, un vélo-scooter), nous avons vu sur internet toutes sortes de vélos adaptés Van Raam. Le vélo-scooter Easy Go nous a semblé être une bonne solution. Nous avons appelé Van Raam et pris un rendez-vous pour une séance d’informations à Varsseveld.

Faire un rendez-vous chez Van Raam à Varsseveld

La séance d’informations était complète et réaliste. À Varsseveld, je me suis entraînée sur le terrain de Van Raam. Il est rapidement devenu clair que le vélo-scooter Easy Go était une bonne solution. Avant de passer à l’achat, je voulais vraiment faire l’expérience de rouler avec ce vélo dans mon propre environnement, à savoir à la maison. 

Le vélo de scooter commence à s’habituer. C'est un type de vélo différent. Je ne sais pas quoi faire de moi.

Comme nous étions presque sûrs de vouloir le vélo-scooter Easy Go, nous avons pu le louer pendant une semaine. Ça s’est fait via le HMC (centre des technologies d’assistance). Pendant cette semaine-là, j’ai fait beaucoup de vélo. À travers les dunes et avec du vent, tout allait parfaitement. Même si au début il faut s’habituer à rouler sur un vélo-scooter. Il faut pour ainsi dire déconnecter son sens de l’équilibre. J’ai cependant encore peur de rouler sur un chemin incliné.

Acheter un vélo adapté via la WMO (loi sur le soutien social

La WMO nous connaît depuis des années, j’y ai donc soumis l’achat d’un vélo-scooter Easy-Go.  Savoir si et dans quelle mesure la WMO soutient financièrement cet achat dépend de votre lieu d’habitation, de votre revenu et de l’avantage comparé à un scooter (celui-ci est en effet meilleur marché). Tout s’est passé très vite cette fois et après 3 mois j’étais en possession du vélo-scooter Easy Go. Depuis, je n’ai plus roulé sur mon autre vélo électrique. Après 8 mois, le compteur de mon vélo-scooter était déjà à 2500 kilomètres.

Avantages du vélo-scooter Easy Go

Les points ci-dessous sont à mon avis les avantages de l’Easy Go :

  • Je peux bouge, même sans faire de grands efforts.
  • Ce n’est pas seulement un vélo, mais aussi un scooter, je peux donc me rendre partout. Aussi sur des voies piétonnes et dans des magasins.
  • Le vélo-scooter a une conduite légère et un petit rayon de virage.
  • Se garer en marche arrière est super pratique. C’est aussi possible sans bips et clignotants.
  • Si nécessaire, en cas de vent fort, pour monter sur la digue, trop fatiguée, je peux « ajouter un peu de gaz » avec la commande d’accélération.
  • Contre toute attente, nous pouvons encore assez facilement faire du vélo l’un à côté de l’autre. Nous pouvons nous satisfaire d’un maximum de 18 kilomètres à l’heure.
  • Mais ce qu’il y a de mieux, c’est que l’Easy Go donne l’impression d’être à vélo. Le vélo-scooter freine comme un vélo et continue de rouler lors du freinage. Ainsi, vous ne vous arrêtez pas brusquement. Pour vous arrêter soudainement, vous appuyez sur le frein à main, au lieu de lâcher les gaz (comme pour un scooter). J’ai l’impression que c’est beaucoup plus naturel.
  • La batterie peut simplement être rechargée entre-temps.
  • Le vélo-scooter Easy Go est beau et on me le dit régulièrement. Bien que les gens n’aient eux-mêmes pas besoin du vélo, c’est toujours sympa d’entendre les gens dire : « ça serait bien pour... » Ou « Si un jour j’ai besoin de quelque chose dans le genre, je veux ce vélo-scooter. »
  • Avec un peu d’efforts, nous pouvons le faire entrer dans notre Renault Kangoo.

Inconvénients du vélo-scooter Easy Go

Bien sûr il y a aussi un certains nombres d’inconvénients :

  • Peu d’espace de rangement.
  • Le verrou sur la petite roue avant est très peu pratique
  • Il faut vraiment beaucoup de force pour le petit frein près de la poignée, je n’y arrive même pas avec les deux mains - à mon avis pour beaucoup de handicaps, c’est une déception.
  • Le rayon des pédales est plus petit que celui d’un vélo, ainsi vous devez pédaler davantage.

Conclusion

Dans l’ensemble, je trouve que l’ Easy Go est une chose fantastique. Je peux rouler à vélo de manière agréable et décontractée et je tiens le coup beaucoup plus longtemps. Je suis reconnaissante qu’il existe des personnes qui inventent et créent ce genre de choses pour les autres.

Ankie van den Bosch - Noord Holland (Les Pays-Bas)
Type: Easy Go